Index général
Navigation
Site
Guide
Encyclopédie
Recherche
Archive
Liens
Fans

Traduction
English

La chanson de l'exil

Références

Titre original :
Exile's Song

Première publication :
Daw en 1996

Première publication française :
Pocket en 1996

Traduction :
Simone Hilling

Situation

Chronologie Ténébrane Précédent Suivant
Les casseurs de monde La matrice fantôme
Chronologie de publication Précédent Suivant
Redécouverte La matrice fantôme

Ce roman est le dix-neuvième dans l'histoire de Ténébreuse. C'est le dix-neuvième dans l'ordre de publication.

Remarque

Ce roman a été écrit en collaboration avec Adrienne Martine-Barnes qui n'est pas officiellement créditée. Par contre, l'édition anglaise comporte la dédicace suivante (traduction de F. Rossi) : "Pour Adrienne Martine-Barnes, qui a crée le personnage de Margaret Alton et travaillé avec moi sur ce livre."

Le résumé "officiel" de chez Daw

Le texte qui suit est une traduction non autorisée du texte de présentation inclus dans l'édition originale du roman (traduction de Fabrice Rossi).

Elle s'appelait Margaret Alton. Elle était la fille de Lew Alton, le représentant de Ténébreuse au Sénat de l'Empire Terrien, mais elle ne se rappelait presque rien de sa planète de naissance et de la petite enfance tumultueuse. Les éphémères souvenirs qui dérangeaient son sommeil se limitaient à de terrifiants fragments d'images : un homme étrange aux cheveux argentés et une femme aux cris aigus dont la chevelure entourait la tête comme un anneau de feu.

Après son départ de Ténébreuse alors qu'elle était encore enfant, Margaret avait passé sa vie sur Thetis. Sa mère adoptive, Diotima, et Lew étaient absents la plupart de l'année : ils travaillaient au Sénat, luttant pour préserver Ténébreuse de l'impérialisme dévorant de la Fédération Terrienne. Margaret connaissait à peine son père, un homme taciturne, qui, quand il était sur Thetis, était enclin à s'adonner à l'alcool. Durant ses crises, son tempérament normalement morose et renfermé, prenait une teinte encore plus noire... Dans ces moments, il semblait voir en Margaret quelqu'un d'autre, quelqu'un dont il ne voulait pas se souvenir.

Dès qu'elle fut en âge de le faire, Margaret s'enfuit de son foyer orageux pour trouver refuge à l'Université. Étrangement mal à l'aise en présence de ses condisciples, elle trouva l'apaisement en s'isolant pour se consacrer à ses études. Elle s'avéra excellente en musique et obtint un poste d'assistante auprès de son mentor, le célèbre musicologue Dr. Ivor Davidson. Ce travail prestigieux lui permit de voyager sur de nombreux mondes, et quand on leur demanda de se rendre sur Ténébreuse pour étudier et recueillir les chansons populaires, Margaret éprouva une satisfaction doublée de curiosité.

Mais une fois sur Ténébreuse, l'excitation naïve de Margaret décrut rapidement. Le monde qui l'avait vu naître évoquait des souvenirs douloureux et terrifiants, restés longtemps enterrés, et elle se retrouva bientôt en train de sombrer de plus en plus profond dans un rêve éveillé qui menaçait de se transformer en cauchemar. Margaret commença à entendre des voix dans sa tête. Une voix en particulier semblait réapparaître à chaque coin de rue pour lui faire face. Margaret se demandait si elle n'était pas en train de perdre la tête.

Sous la lumière du Soleil Rouge, alors qu'elle démélait lentement l'enchevêtrement des mystérieux secrets de son héritage, Margaret se retrouva à la merci d'un destin plus terrifiant que dans tous ses cauchemars. Car la femme aux cris perçants et l'homme aux cheveux argentés étaient purement et simplement des repères sur une piste. Une piste qui menait à l'esprit de Margaret, vers un piège qui avait été mis en place des siècles avant sa naissance...

Notes

Chapeau à Pocket pour la traduction très rapide. J'ai cependant préféré conserver dans cette page la présentation de Daw qui me semble meilleure que celle de Pocket.

En savoir plus


copyright 96-99 Fabrice Rossi (rossi@fr.darkover.org)

fichier source (Dernière modification : Mer 21 Avr 1999 17:21:45)