Index général
Navigation
Site
Guide
Encyclopédie
Recherche
Archive
Liens
Fans

La Sororité de l'Epée

par Guillaume Perrier

Femmes et Guerrières

Profession

La Sororité de l'Epée était une communauté de femmes, pour la plupart guerrières, qui se voulaient libérées de l'autorité et de la protection masculine. Elles devaient pouvoir, malgré tout, se défendre contre les dangers qu'occasionnait cette indépendance. Chaque soeur savait donc manier l'épée et était rompue au combat à mains nues (cf. La belle fauconnière, page 354).

C'est pourquoi, pendant les Ages du Chaos et à l'époque des Cent Royaumes, où Ténébreuse était déchirée par une multitude de petits conflits, beaucoup de soeurs étaient engagées par l'armée comme mercenaires. Elles pouvaient, néanmoins, occuper d'autres postes, comme :
  • monitrices de combat à mains nues
  • maîtres d'armes
  • dresseuses de chevaux
  • messagères

Hiérarchie

Chaque femme faisant parti de la Sororité de l'Epée avait le titre de Guerrière (la population pouvait aussi les appeler Renonçante) (cf. Le loup des Kilghard, page 173). De la même façon, les soeurs n'étant pas des Guerrières confirmées, avaient le titre d'Apprenties Guerrières (cf. La belle fauconnière, page 330). Enfin, certaines femmes étaient désignées pour diriger une communauté de Guerrières, on les appelait les Mères (cf. op. cit., page 335).

Apparence

Les soeurs de l'Epée ne ressemblaient guère aux ténébranes moyennes. En effet, le type de profession qu'elles exerçaient les poussait à porter une tenue plutôt masculine. La tenue officielle d'une Guerrière se composait d'une tunique de cuir rouge "tombant jusqu'aux genoux et fendue devant pour monter à cheval", d'une cape écarlate, avec "culottes et long justaucorps lacé à la cheville " (cf. Le loup des Kilghard, page 173-389), d'une épée, d'une dague suspendue autour du cou et d'un anneau d'or à l'oreille gauche. Certaines pouvaient porter aussi une casquette rouge (cf. La belle fauconnière, page 274-281-348). Enfin, ces Guerrières faisaient le choix de se couper les cheveux, sans doute par anticonformisme, ou pour se débarrasser de tout atour féminin (cf. op. cit., page 118).

Règles et Coutumes

Durant leur vie dans la Sororité de l'Epée, les Guerrières devaient se plier à un certain nombre de règles et de coutumes traduisant les idées et les principes de la communauté :
  • Règles
    • a leur arrivé, les novices devaient prêter serment pour 1 an, puis, si elles le souhaitaient, pour 3 ans et enfin pour la vie (cf. op. cit., page 280)
    • les Guerrières devaient porter l'anneau d'oreille (cf. op. cit., page 280)
    • elles devaient faire leur juste part de travail (cf. op. cit., page 279)
    • elles devaient apprendre le combat à mains nues et l'escrime (cf. op. cit., page 281)
    • elles ne devaient jamais voyager seules, mais toujours accompagnées d'une soeur (cf. op. cit., page 319)
    • les liaisons avec les hommes devaient demeurer discrètes pour ne pas leur donner mauvaise réputation (cf. op. cit., page 279).
  • Coutumes
    • le serment était prêtée en présence des autres soeurs (cf. op. cit., page 282)
    • elles étaient toutes soeurs et égales quelqu'avait puisse être leur rang dans la société (cf. op. cit., page 279)
    • chacune devait être prête à défendre sa soeur par la force s'il le fallait (cf. op. cit., page 279)
    • Elles juraient de ne pas porter de vêtements féminins, ni de se laisser pousser les cheveux (cf. op. cit., page 152)
    • certaines prêtaient le serment de chasteté, mais ce n'était pas obligatoire (cf. op. cit., page 279)
    • elles faisaient le " serment de tuer plutôt que de se laisser prendre par la force " ; tuer l'homme si elle le pouvait, ou elle-même en dernier recours (cf. op. cit., page 342). Si la femme se révélait traître à ce serment, ses soeurs avaient le droit de la tuer ainsi que l'homme (cf. Le loup des Kilghard, page 174).
    • lors de la fête du solstice d'hivers, elles s'échangeaient des cadeaux (cf. La belle fauconnière, page 344)
    • sur un champ de bataille, une Guerrière ne pouvait pas être enterrée avec les autres soldats ; puisqu'elle était séparée d'eux dans la vie elle devait également l'être dans la mort (cf. op. cit., page 421).

Une vie à l'hôtel

Face à l'hostilité de la population et pour bien se démarquer du reste de la société, les soeurs de l'Epée vivaient dans leur propre chaîne d'établissement, qu'elles appelaient les hôtels de la Sororité (cf. op. cit., page 319).

A l'époque de op. cit., leur mouvement restant assez marginal, on ne trouvait d'hôtel de la Sororité que dans certaines cités, comme : Thendara, Hali, Caer Donn ou Serrais.

Une pérennité assurée

Sans doute vers la fin de l'époque des Cent Royaumes, la Sororité de l'Epée fusionna avec la communauté des Prêtresses d'Avarra, et donna la Guilde des Renonçantes. Il se trouve que cette Guilde conserva les valeurs et les traditions instituées par les soeurs de l'Epée. Ainsi, à l'époque moderne, malgré la disparition de cette communauté ancestrale, leurs convictions et leurs idéaux demeurent encore vivace en chaque Renonçante.


copyright 96-99 Guillaume Perrier
Version HTML par Fabrice Rossi (rossi@fr.darkover.org)

fichier source (Dernière modification : Mer 21 Avr 1999 17:21:45)